V(otum) S(olvit) L(ibens) M(erito)

News and stories from the world of Archaeology and its related disciplines

Nos ancêtres européens

10_anthropologie_DNA_01D’anciennes séquences d’ADN prélevées sur des squelettes archéologiques réservent toujours de nouvelles surprises sur la préhistoire de l’espèce humaine. En 2005, une équipe de chercheurs réunie autour du paléogénéticien Joachim Burger, Université de Mayence, Allemagne, avait déjà révélé que les premiers cultivateurs européens n’étaient pas les ancêtres des Européens d’aujourd’hui. Cette découverte avait de quoi surprendre, puisque ces premiers cultivateurs s’étaient en effet sédentarisés et avaient établi tout un mode de vie qui devait s’avérer déterminant pout tout le continent. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue SCIENCE – accessible dès à présent en ligne -, l’équipe de chercheurs de Mayence compare alors les premiers cultivateurs européens aux derniers chasseurs-cueilleurs du continent.

C’est 45.000 ans avant notre ère que des hommes, originaires d’Afrique, s’installent pour la première fois en Europe et en chassent l’Homme de Néandertal. Il y a 25.000 ans, l’homme moderne finit par reculer jusqu’en Europe centrale pour éviter les masses de glace et ce n’est que 20.000 ans qu’il peut repeupler la région. Le mode de vie de ces premiers habitants demeure inchangé jusqu’à l’époque post-glaciaire et s’organise autour de la cueillette de fruits et de racines ou autour de la chasse.

10_palaeogenetik_05Les chercheurs de Mayence, assistés de leurs collègues britanniques et estoniens, ont extrait et analysé l’ADN mitochondrial des ossements fossiles de 22 de ces chasseurs-cueilleurs. Leur analyse a permis de vérifier que les chasseurs-cueilleurs ne pouvaient être les ancêtres des premiers cultivateurs qui avaient dû immigrer. “Nous pouvons exactement fixer la date de cette immigration à 7.500 ans avant notre ère”, déclare Barbara Bramanti, auteure de l’étude. Quant à l’origine des premiers cultivateurs d’Europe centrale, elle ajoute: “Grâce à des simulations sur ordinateur, nous avons pu vérifier avec certitude la discontinuité entre ces deux groupes et en avons conclu que les cultivateurs ne pouvaient être originaires que du bassin des Carpates.”

Voilà près de plus d’un siècle que les chercheurs s’interrogent sur la question de savoir si la sédentarisation et le mode vie des cultivateurs sont dus à l’arrivée de migrants en Europe ou bien si le principe même de ce mode de vie originaire 10_anthropologie_DNA_02du Proche-Orient, où il apparut pour la première fois, avait été adopté. Lors des dernières décennies, les archéologues européens admettaient de plus en plus le rôle prépondérant des traditions locales en Europe. Les récentes découvertes semblent vouloir profondément remettre en question cette façon de voir. “Même si des contacts et échanges culturels ont pu exister entre chasseurs-cueilleurs et cultivateurs, on est de plus en plus obligé d’admettre l’image d’une gamète néolithique en Europe du Sud qui, par la suite, a été déterminante pour l’histoire du continent”, déclare Joachim Burger en ajoutant: “Pourtant, il ne s’agit probablement que d’un maillon d’une chaîne qui remonte plus loin, au lieu d’origine de la sédentarisation agricole en Anatolie et au Proche-Orient.”

SOURCE

Arbeitsgruppe Palaeogenetik Institut für Anthropologie Mainz

All images © Joachim Burger

The News in English

Advertisements

Filed under: Archaeology, , , , ,

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Points of interest

CATEGORIES

Archives

%d bloggers like this: